L’entreprise Yann Allaire Technichauf entourée face à la crise

28 avril 2020    Actualités

L’entreprise Yann Allaire Technichauf existe depuis 19 ans. Elle intervient sur le marché de l’installation et la maintenance de chauffage, plomberie, sanitaire et salles de bains auprès de particuliers à Nantes et en périphérie. Elle est structurée autour de 3 métiers avec 18 salariés : un pôle sédentaire administratif, un pôle installation et un pôle maintenance. L’entreprise est engagée dans une démarche de responsabilité sociétale des entreprises depuis 5 ans.

Suite à l’annonce du confinement, l’entreprise a arrêté son activité d’installation et a réduit son activité pour maintenir seulement 2 techniciens en dépannage de chaudière, une assistante et le dirigeant en télétravail. Les autres salariés ont été mis en chômage partiel. Pendant cette période, Yann Allaire, dirigeant, a pu s’appuyer sur de nombreuses organisations professionnelles : l’OPPBTP avec des guides mis à disposition pour les préconisations à suivre, la CAPEB pour l’appui juridique et les déclarations de chômage partiel et la CMA qui a aussi pris le temps d’échanger sur la situation individuelle de l’entreprise. L’entreprise avait élu un CSE en 2019 composé d’un seul membre titulaire. Yann Allaire consulte à distance son représentant du personnel dès qu’il a une décision à prendre « c’est un confort de ne pas prendre les décisions tout seul et ça permet de rompre avec la solitude du dirigeant », commente-t-il.

Après 6 semaines dans cette configuration, l’entreprise reprend progressivement son activité. Elle fait signer une feuille d’engagement OPPBTP à ses clients pour qu’ils appliquent les gestes barrières et les consignes de nettoyage. L’entreprise fournit également un kit à ses salariés : masques et solution hydroalcoolique. Yann Allaire explique que « la plus grande difficulté est de se fournir en matériel de protection ». Les salariés réagissent bien à l’annonce de la reprise « il est temps que ça bouge » expriment certains. Les clients également semblent enclin à une reprise, avec seulement 2 refus sur une trentaine de clients contactés.

En termes d’organisation, à la reprise, les réunions hebdomadaires vont devoir être suspendues dans un premier temps car il n’y a pas assez de place pour maintenir les gestes barrières en salle de réunion. De plus, les commandes devront être cherchées au drive pour avoir moins de passage à l’entreprise. Certains salariés regrettent de ne pas pouvoir voir leurs collègues. Yann Allaire a pensé à un système de visio mais tous les salariés ne sont pas à l’aise avec cet outil. La question du collectif est au cœur des préoccupations du dirigeant qui prend le temps de discuter individuellement avec ses salariés pour prendre en considération les situations individuelles de chacun. Les assistantes vont certainement continuer à télétravailler en partie et Yann Allaire réfléchit même à pérenniser ce mode en période « normale » pour la suite.

Malgré une situation complexe et une activité réduite, Yann Allaire a pu maintenir une partie de son activité et envisager une reprise avant le 11 mai notamment grâce au soutien et à l’accompagnement des organisations professionnelles d’une part et au CSE d’autre part. « Il faut être proche de ces organisations pour qu’elles soient là quand on en a besoin », conclut-il.