Covid-19 – La Fonderie Bouhyer poursuit son activité

14 avril 2020    Actualités

La Fonderie Bouhyer, située à Ancenis, est spécialisée dans la production de contrepoids pour l’industrie de la manutention et des travaux publics. Depuis mi-mars, l’usine maintient son activité qu’elle réduit progressivement car certains de ses clients sont à l’arrêt.

 

Comment l’entreprise s’y est-elle prise pour continuer à produire ?

Tout d’abord, les salariés de l’usine travaillent déjà toute l’année avec des équipements de sécurité : lunettes, gants, masques. L’entreprise avait fait le choix en début d’année de changer les masques jetables en fibre synthétique par des masques rigides à cartouches pour mieux protéger ses opérateurs. Ce sont donc des masques tout à fait appropriés à la situation.

Ensuite, les horaires des pauses ont été aménagés pour limiter les contacts et une société de désinfection passe régulièrement pour tout nettoyer. Les portes sont maintenues ouvertes. Les personnes à risque ont été arrêtées 48h après le début du confinement et 50% des personnes du bureau sont en télétravail avec un système de connexion à distance.

Enfin, un dialogue régulier s’est instauré avec le CSE (Comité Social Économique). Un CSE extraordinaire s’est tenu à l’initiative de la Direction après l’annonce présidentielle. Le CSE a donc pu être acteur dès le début de la crise pour remonter les inquiétudes des salariés et co-construire les mesures mises en œuvre, « c’est important de confronter les points de vue pour trouver la meilleure solution » explique Jean-Marcel Gay, Directeur Général de la Fonderie Bouhyer. La Direction QSE (Qualité-Sécurité-Environnement) et la Direction Générale font un point hebdomadaire avec le CSE pour prendre en compte toutes les remarques et communiquer sur la marche de l’usine, « on avance en marchant » ajoute Jean-Marcel Gay.

Le dialogue professionnel est également essentiel en cette période, les opérateurs sont sensibilisés régulièrement lors des top 5 et un livret a été remis aux salariés concernant les règles à respecter durant cette période Covid-19. « On a vite tendance à oublier quand on n’a personne de malade autour de soi » explique Jacques Aumont, le Directeur Industriel. La Direction est à l’écoute de toutes les inquiétudes des collaborateurs et le dialogue a permis d’apaiser les craintes ou tensions qui étaient fortes mi-mars. Ces échanges ont été possibles car le dialogue social et professionnel était déjà installé avant la crise. « Les échanges hors tempête permettent de traverser plus facilement les tempêtes » conclut Jacques Aumont.

 

C’est donc une combinaison de facteurs : protection individuelle des salariés, une nouvelle organisation du travail et principalement un dialogue social et professionnel renforcé qui permettent à l’entreprise de continuer à produire malgré le contexte.

 

Vous aussi vous souhaitez partager votre expérience et témoigner sur ce qu’il se vit dans votre entreprise ? Vous avez des questions ou des besoins ? N’hésitez pas à contacter l’Aract Pays de la Loire.